Sélectionner une page

 

COMMUNIQUÉ DU RASSEMBLEMENT NATIONAL DU PUY-DE-DÔME

 

 

NOUVEAU COUP DUR POUR L’ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE

 

Depuis l’annonce d’une « Carte scolaire 2021 », des mobilisations commencent à émerger au sein de notre département. En effet, ce nouveau plan vise à réduire le nombre de classes et donc à augmenter le nombre d’élèves par classe. Il est considéré par les professeurs et les parents d’élèves comme un nouvel obstacle à l’éducation et comme une rupture des liens entre professeurs et élèves, liens déjà si fragiles qui ne cessent de se désagréger au fur et à mesure du temps.

Fermer près d’une quarantaine de classes au sein de notre département, c’est entraîner un retard considérable dans les programmes dispensés par des professeurs déjà accablés par la crise éducative, c’est interdire le droit à une éducation saine et éclairée. Fermer ces classes, c’est aussi atteindre une profession essentielle à notre république, celle de professeur. Sans professeur, les enfants se voient délaissés par ce qu’est devenue la République des chiffres et de l’argent ; et non celle des citoyens.

En outre, des pétitions circulent dans notre département afin d’empêcher ce massacre scolaire. Ces mêmes enfants, français et assimilés aux valeurs de notre vraie république française, sont expressément voués à agir d’eux-mêmes. Pour exemple, le cas d’une écolière de six ans (source La Montagne) qui a décidé d’écrire une lettre au Président en lui indiquant vouloir revoir ses professeurs et sa classe. C’en devient ridicule, et même ignoble. Pour qu’un enfant de six ans, aussi mature soit-il, en viens à s’adresser directement au Président, c’est qu’il demeure un sérieux problème de communication et d’accès démocratique. De surcroît, cet enfant est le symbole d’une détresse totale face aux actions aussi absurdes d’un gouvernement qui ne tient plus debout. C’est un appel à l’aide des professeurs souhaitant exercer leur métier dignement.